Blog

N’ignorez pas les risques réels de votre portefeuille

Les marchés ont connu un excellent cru 2019. De nombreux indices boursiers ont bondi de plus de 20 %. Les obligations ont progressé. L’investisseur belge moyen, misant sur un portefeuille équilibré, a ainsi obtenu un rendement appréciable. Mais les perspectives ne sont pas aussi favorables.


Depuis 10 ans, le rendement des obligations est essentiellement lié à la baisse des taux d’intérêt, qui fait mécaniquement progresser les cours des titres existants. Si un nouveau titre rapporte un taux d’intérêt de 1 %, les investisseurs acceptent en effet de payer plus cher un ancien titre comparable offrant un taux de 2 %. Le potentiel d’appréciation est toutefois désormais extrêmement réduit, les taux de référence ayant chuté à zéro, voire moins. On peut même redouter une chute du cours des obligations si les taux commencent à remonter.

Les taux ont également une grande influence sur l’immobilier. Quand le coût des crédits diminue, vous pouvez emprunter une somme plus importante avec une même mensualité. Cette donnée est cruciale dans le résidentiel, la banque évaluant la capacité de remboursement de l’acheteur sur la base de ses revenus. Inversement, une remontée des taux limiterait la capacité d’emprunt des ménages et pourrait peser sur les prix.

Obligations et immobilier : le risque sans le gain ?

Si l’on évalue le risque non pas en termes de volatilité mais de probabilité de pertes et de gains, les obligations et l’immobilier apparaissent aujourd’hui assez risqués. Le potentiel de gains est relativement limité et les risques de pertes non négligeables.

Les actions, réputées très volatiles, affichent par contre un réel potentiel d’appréciation. Le marché boursier mondial cote actuellement 19 fois les bénéfices, une valorisation moyenne par rapport à la fourchette historique de 12 à 30 fois.


Source : Bloomberg 

Par ailleurs, si on renverse ce Price Earning ratio (ratio cours/bénéfices), on obtient le rendement bénéficiaire qui est de 5,2 %*, un rendement théorique bien supérieur aux taux actuels. De plus, les profits des entreprises augmentent régulièrement. Selon l’économiste Paul Marsh qui a analysé les performances des marchés sur 120 ans**, les actions ont offert un rendement annuel de 8,2 %* en moyenne. Après inflation, le rendement réel ressort à 5,2%*, largement mieux que les 2% des obligations.


Investir en actions mondiales

Nous privilégions donc tout particulièrement les actions mondiales et pas certaines régions. C’est l’une des meilleures façons de ne pas subir les risques régionaux. Une consultation rapide sur Bloomberg montre par exemple que la bourse japonaise n’a toujours pas renoué avec ses records de la fin des années 1980. A contrario, peu auraient misé sur les États-Unis en 2008 en pleine crise des subprimes. La bourse américaine a pourtant livré une nette surperformance depuis lors.

Actuellement, chaque région a ses forces et ses faiblesses. Les pays émergents connaissent une croissance plus rapide, mais les entreprises sont globalement moins avancées. En Europe, la croissance est en « berne », mais les valorisations sont attractives. Wall Street profite du succès des géants technologiques, cependant  la valorisation des actions par rapport aux bénéfices (Price Earning Ratio) y est plus élevée.

Vous trouverez chez TreeTop Online des solutions vous permettant d’investir régulièrement en gestion passive sur les bourses mondiales.

Dans le monde de l'investissement, rien n'est sûr et investir en bourse comporte des risques. Avant de commencer à investir, il est important d’en avoir conscience et de bien évaluer les risques associés à vos choix. Nous vous invitons à découvrir les 2 articles suivants, « 8 règles d'or pour investir en bourse » et « Investir en bourse : 5 façons de réduire les risques » pour vous accompagner et vous aider à faire vos choix en pleine conscience.

* Sans garantie de re´sultats ou de performance. Les performances passe´es ne constituent pas une garantie des performances futures.
** Source : Credit Suisse Global Investment Returns Yearbook 2018, Elroy Dimson, Paul Marsh and Mike Staunton, Triumph of the Optimists: 101 Years of Global Investment Returns, Princeton University Press, 2002. 


Article publié le 29 janvier 2020. Il est possible que les avis et commentaires renseignés dans ce document ne soient plus valables à une date ultérieure. Les comportements observés sur le marché par le passé ne sont en aucun cas indicatifs de comportements futurs.

Pour aller plus loin

fermer
fermer

Pour ces informations, vous allez être redirigé vers le site du groupe TreeTop

Continuer

Ce site utilise des cookies notamment pour personnaliser votre navigation et mesurer les performances du site. En fermant la présente bannière, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus sur ces cookies et leurs diverses utilisations, 

cliquez ici.