Blog

200 000 € par habitant ! C’est le résultat de la vision long terme d’un pays, la Norvège

Cette vision est celle d’un des deux fonds souverain norvégien, par ailleurs, le plus important au monde. Ses secrets de gestion sont toutefois assez simples : perdre le moins de temps possible avec ce qui n’en vaut pas la peine et investir efficacement sur le long terme. Une stratégie que vous pouvez appliquer pour votre patrimoine. Démonstration.


Le Government Pension Fund Global (GPFG), anciennement Petroleum Fund, l’un des deux fonds souverains norvégiens, a été créé dans les années 1990. Sa mission ? Assurer la prospérité des générations présentes et futures de la Norvège. Pour cela, il investit les revenus issus de la manne pétrolière du pays en cherchant à maximiser le couple rendement-risque à long terme. Il est également très attentif au concept de développement économique durable.

« On a découvert une 2e fois le pétrole »

Le GPFG est devenu le plus important fonds souverain du monde. Il a atteint les 10 000 milliards de couronnes, soit plus de 1 000 milliards d’euros, à l’automne 2019 !* C’est 3 fois le PIB de la Norvège ou près de 200 000 € par habitant. Un résultat qui dépasse largement les objectifs initiaux. Pour le directeur général du fonds, c’est comme si la Norvège avait découvert une seconde fois du pétrole.

Pour parvenir à ce résultat, les gestionnaires ont clairement mis l’accent sur les actions : elles représentent désormais 70 % du portefeuille type. Le poids des obligations a été réduit à 28 % (preuve que l’âge d’or des obligations est terminé ?), permettant notamment au fonds d’honorer les prélèvements du pays quand il en a besoin pour équilibrer son budget.

Le fonds souverain norvégien est clairement engagé dans une procédure de simplification de ses positions en obligations. En 2017, les gestionnaires du fonds ont proposé de rassembler cette exposition uniquement en obligations d’État de référence dans 3 devises majeures (USD, EUR et GBP). L’explication était assez simple : cela ne vaut pas la peine de chercher à diversifier ses investissements en obligations, que cela soit en termes de rendement ou de gestion des risques.**

Le ministre des Finances norvégien a finalement refusé une réorientation aussi drastique, le fonds investissant à l’époque dans 23 devises et des centaines d’émetteurs, États comme entreprises. Mais le processus de rationalisation des investissements en obligations est clairement en cours avec l’annonce en 2019 du retrait de 10 marchés de son panier de référence.***

Investir davantage au niveau mondial

En 2017, le fonds souverain norvégien a également relevé son objectif d’exposition aux actions de 65% à 70%.**** Cette stratégie vise à améliorer son potentiel de rendement à long terme

Géographiquement, le fonds réduit également son importante exposition historique aux actions européennes. En 2012, elles représentaient la moitié de ses placements en actions, le fonds ayant initialement beaucoup investi dans les entreprises de ses principaux partenaires commerciaux. Fin 2018, leur part n’était plus que de 34 % et les gestionnaires veulent encore davantage réduire cette exposition. Leur objectif est d’investir davantage au niveau mondial et de façon très diversifiée. Le fonds compte en effet plus de 9 000 entreprises en portefeuille.*****

À noter qu’il a aussi décidé de céder ses actions du secteur de l’exploration d’hydrocarbures.****** Cela répond, d’une part, à son engagement en faveur de la durabilité et, d’autre part, à une logique de gestion des risques. L’économie norvégienne est en effet très dépendante du pétrole et du gaz. Les investissements du fonds dans ce secteur accroissent encore cette dépendance.

Les leçons pour l’investisseur particulier ?

La gestion des risques du fonds souverain norvégien est riche d’enseignements pour tout un chacun. 
- Les actions sont à privilégier pour le long terme en veillant surtout à une importante diversification à travers de nombreux secteurs et régions du monde. 
- Il est nécessaire d’avoir une gestion des risques globale par rapport à son patrimoine et pas seulement au niveau de chacun de ses investissements. 

Dans le monde de l'investissement, rien n'est sûr et investir en bourse comporte des risques. Avant de commencer à investir, il est important d’en avoir conscience et de bien évaluer les risques associés à vos choix. Nous vous invitons à découvrir les 2 articles suivants, « 8 règles d'or pour investir en bourse » et « Investir en bourse : 5 façons de réduire les risques » pour vous accompagner et vous aider à faire vos choix en pleine conscience.


Pour aller plus loin

fermer
fermer

Pour ces informations, vous allez être redirigé vers le site du groupe TreeTop

Continuer

Ce site utilise des cookies notamment pour personnaliser votre navigation et mesurer les performances du site. En fermant la présente bannière, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus sur ces cookies et leurs diverses utilisations, 

cliquez ici.