Blog

Les frais auxquels il faut être attentif

Lorsque vous investissez en bourse via des fonds d’investissement, des frais vous sont prélevés. Ceux-ci ont un impact direct sur le rendement de vos investissements. Mieux vaut donc ne pas les sous-estimer et bien sélectionner les gestionnaires qui justifient cette rémunération notamment par la qualité de leur gestion.


Des frais de diverses natures

Voici les principaux frais liés à l’investissement dans des fonds :

• Les frais courants sont des frais annuels récurrents. En moyenne, ils se situent entre 1 et 2 %, mais ils peuvent être plus élevés pour les fonds dont le gestionnaire est très actif. Vous ne devez pas payer ces frais au moment de l’achat du fonds : ils sont déduits chaque année du rendement du fonds. Ces frais ont donc un impact important sur le rendement de votre investissement. Dans le cas de la gestion dite indicielle, les frais courants ne dépassent que rarement 0,5 % au niveau du fonds ;

• Les commissions de performance sont des frais annuels non-récurrents. Ceux-ci servent à rémunérer les prestations du gestionnaire si la performance du fonds dépasse un seuil de performance déterminé. Ces frais sont déduits du rendement du fonds ;

• Les frais d’entrée sont des frais uniques à payer lors de l’achat de parts de certains fonds. Ils sont généralement exprimés en pourcentage du capital que vous investissez. La plupart des fonds facturent 2 à 3 %. Si vous achetez 15 000 euros d’actions d'un fonds et si les frais d’entrée se montent à 3 %, votre banquier ou intermédiaire financier retient donc 450 euros du montant investi à titre de frais d'entrée ;

A ces frais principaux peuvent encore s'ajouter des frais de transactions, des droits de garde et des frais de gestion/tenue de compte. Vous pouvez éviter la plupart de ces frais additionnels en choisissant judicieusement votre banque ou intermédiaire financier.

N’oubliez pas les taxes

Les fonds d'investissement n'échappent pas non plus aux différents impôts. Ainsi, vous devrez payer une taxe boursière de 1,32% en vendant un fonds d'investissement qui ne paie pas de dividendes. Il s'agit ici des 'fonds de capitalisation', qui réinvestissent les dividendes. Vous ne devrez pas payer de taxe boursière en vendant un fonds de distribution, qui paie bel et bien les dividendes. Par contre, le fisc facture un précompte mobilier de 30% sur le paiement de dividendes d'un fonds d'investissement.

Il y a également un impôt sur les plus-values lors de la vente de fonds avec au moins 10% de titres à revenu fixe - tels que les obligations - dans le portefeuille d'investissement. Il s'élève à 30% sur la partie obligataire.

La conclusion pour l’investisseur est simple! Si on prend en compte la maîtrise des frais, la base de son portefeuille d’investissement devrait être un fonds qui réplique un indice mondial bien diversifié en termes de régions et de secteurs avec des frais minimaux. Il peut le compléter par un fonds géré par des gestionnaires qui osent sortir des sentiers battus et qui ont une chance de battre les indices, justifiant ainsi les frais de gestion additionnels. C’est d’ailleurs notamment, à titre d’exemple, la stratégie de nombreux fonds de pension américains.

 


Pour aller plus loin

fermer
fermer

Pour ces informations, vous allez être redirigé vers le site du groupe TreeTop

Continuer

Ce site utilise des cookies notamment pour personnaliser votre navigation et mesurer les performances du site. En fermant la présente bannière, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus sur ces cookies et leurs diverses utilisations, 

cliquez ici.