Blog

Investir mondialement reste la voie à suivre

En règle générale, nous ne prêtons guère d’attention aux gros titres de la presse qui s’enchaînent jour après jour. La chute des taux en Europe ainsi que les tensions entre les États-Unis et la Chine révèlent toutefois des tendances structurelles. Un contexte qui doit amener l’épargnant européen à revoir sa stratégie d’investissement.


La Chine superpuissance

Quand la Chine a adhéré à l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) en 2001, son économie était encore axée sur l’agriculture et l’exportation de produits industriels de base. Depuis, la structure de l’économie chinoise a radicalement changé, notamment grâce à une nouvelle génération mieux formée. Selon le Forum économique mondial, la Chine comptait 4,6 millions de nouveaux diplômés dans les domaines cruciaux des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques en 2016. Bien mieux que l’Inde (2,6 millions) et 8 fois plus que les États-Unis (568 000). Cela permet à la Chine de rapidement combler son retard sur les États-Unis en matière de brevets. Et ce n’est qu’un début. La plupart des diplômés chinois sont encore jeunes et les États-Unis investissent toujours proportionnellement davantage en R&D (2,8% de son PIB) que l’ex Empire du Milieu (2,0%).

Outre-Atlantique, de plus en plus de journalistes, de politiciens et d’experts présentent ainsi la Chine comme une menace pour l’hégémonie américaine. Sous la présidence de Donald Trump, cette crainte s’est traduite en mesures drastiques comme la hausse des droits de douane ou l’interdiction des produits de Huawei. Des barrières qui n’arrêteront pas la modernisation de l’économie chinoise qui se traduit déjà par un réseau d’entreprises technologiques de plus en plus étendu. Même si beaucoup demeurent méconnues dans les pays occidentaux, elles sont déjà à la pointe selon une étude de la célèbre école américaine d’ingénierie et de management MIT Sloan. Elles sont notamment à la base d’innovations disruptives dans les domaines de l’électroménager, du matériel technologique ou de l’énergie solaire.

Ce développement scientifique et technologique de la Chine et de l’Asie en général bouleverse l’économie mondiale. Il est synonyme de croissance mais aussi de concurrence accrue.


Rendements déprimés en Europe

Ces dernières semaines ont également été marquées par la chute des taux, surtout en Europe. La plupart des obligations souveraines allemandes et françaises affichent désormais un rendement négatif. Pour l’épargnant européen, il est devenu impossible de dénicher une obligation de bonne qualité avec un rendement décent. Une situation que connaît le Japon depuis le début de ce siècle.

L’économie européenne présente d’ailleurs de plus en plus de similitudes avec son homologue nippone : vieillissement de la population, excès d’épargne pesant sur les rendements et systèmes bancaires en difficulté.

La Banque centrale européenne a multiplié les mesures pour tenter de relancer la conjoncture, un assouplissement monétaire à l’origine de bulles sur les marchés obligataires et immobiliers sur le Vieux-Continent. L’accumulation d’actifs en pourcentage du PIB atteint ainsi des niveaux records en Europe, ce qui devient particulièrement préoccupant dans des pays comme l’Italie, la France ou l’Espagne.

Investir dans les bourses mondiales

Heureusement pour TreeTop Asset Management, les bourses mondiales sont l’une des rares catégories d’actifs qui n’est pas trop affectée par la politique des banques centrales. Contrairement aux obligations ou à l’immobilier, les actions mondiales affichent une valorisation tout à fait raisonnable de moins de 17 fois les bénéfices, moins qu’il y a 20 ans.

Évidemment, l’affrontement commercial entre les États-Unis et la Chine ainsi que la situation économique en Europe pourraient être à l’origine d’une certaine volatilité. Cette évolution erratique est toutefois propre aux actions et ne doit sûrement pas éclipser l’excellent historique des bourses mondiales depuis plus d’un siècle. Chez TreeTop Asset Management, nous sommes convaincus que le développement de l’Asie et la valorisation raisonnable de nombreuses entreprises sont même l’occasion de se positionner sur les bourses mondiales dans une perspective de long terme, sans s’interroger en permanence sur quand éclatera la prochaine crise.

Article publié le 22 juillet 2019. Il est possible que les avis et commentaires renseignés dans ce document ne soient plus valables à une date ultérieure. Les comportements observés sur le marché par le passé ne sont en aucun cas indicatifs de comportements futurs.

Pour aller plus loin

fermer
fermer

Pour ces informations, vous allez être redirigé vers le site du groupe TreeTop

Continuer

Ce site utilise des cookies notamment pour personnaliser votre navigation et mesurer les performances du site. En fermant la présente bannière, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus sur ces cookies et leurs diverses utilisations, 

cliquez ici.