Blog

En bourse, pour gagner, il faut être prêt à perdre

Prendre le risque d’une contre-performance passagère pour dégager un bon rendement à moyen ou long terme* ? C’est peut-être mieux ainsi…


Difficile de ne pas s’intéresser régulièrement aux performances de son portefeuille quand on investit. Pourtant, en bourse, c’est au long terme que vous devriez faire confiance. Et accepter de subir des chutes temporaires, pour avoir une chance de gagner plus tard…*

Prenons l’exemple de 2018. Votre portefeuille a peut-être baissé alors que dans vos souvenirs, l’année dernière a été rythmée par les records des Alphabet (Google), Amazon, Netflix, Microsoft & Co. Est-il temps, pour autant, de changer votre fusil d’épaule ?


Une contre-performance une année n’est pas forcément mauvais signe**

Réfléchissez-y à 2 fois. Une perte à court terme ne constitue pas forcément un bon indicateur de la performance à long terme**. En 2014, Le Brandes Institute a ainsi comparé près de 145 gestionnaires de fonds internationaux sur 15 ans. Les 15 meilleurs ont affiché un rendement annuel supérieur de 3% par rapport à l'indice de référence de l'étude, le MSCI EAFE. Lors de leur plus mauvaise année, ils faisaient conjointement pourtant 13 % de moins par rapport à ce même indice et même jusqu'à -33% pour un des 15 meilleurs fonds sur 15 ans !

En réalité, faire des choix c’est accepter le risque d’une contre-performance passagère, et ce en particulier si ces choix se font sur un horizon à long terme. En investissant dans un fonds mondial largement diversifié, vous ferez très probablement moins bien que celui qui a misé sur telle société à succès ou tel nouveau géant mondial. Néanmoins il ne faut pas oublier que le succès n’est sûr que quand il est là et l’expérience a pu montrer qu’une telle concentration peut engendrer de véritables déconvenues, comme pour le secteur bancaire belge suite à la crise de 2008.

Une stratégie sensée

Une « mauvaise performance à court terme est une conséquence d’une stratégie d’investissement sensée », osait même James Montier, le célèbre stratégiste financier.

Prenons l’exemple des bourses. Elles affichent en moyenne une perte tous les 3 ans***. Une année sur trois, elles rapportent donc moins que le livret d’épargne. Sur le long terme, il n’y a pourtant pas photo. Les bourses mondiales affichent une hausse de 13 % sur 10 ans et de près de 8 % depuis 1987**** contre une moyenne de 4% pour les obligations mondiales***** et un taux minimal actuel de 0,11 % sur le compte d’épargne**.

Ne vous découragez donc pas trop vite si votre placement a connu une mauvaise année. Le critère prépondérant est le potentiel à long terme. Cela ne signifie toutefois pas qu’il ne faut jamais rien changer à votre portefeuille. Si le potentiel à moyen et long terme de certains de vos choix semble se réduire, il faut agir sur le court terme et adapter votre portefeuille.

* Pas de garantie de performance, de résultat
** Les performances passées ne constituent pas une garantie des performances futures.
*** https://www.macrotrends.net/2526/sp-500-historical-annual-returns
**** MSCI ACWI en USD, données au 31/05/2019
***** https://global.vanguard.com/portal/site/loadPDF?country=es&docId=13281

Pour aller plus loin

fermer
fermer

Pour ces informations, vous allez être redirigé vers le site du groupe TreeTop

Continuer

Ce site utilise des cookies notamment pour personnaliser votre navigation et mesurer les performances du site. En fermant la présente bannière, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus sur ces cookies et leurs diverses utilisations, 

cliquez ici.