Blog

En bourse, n’écoutez pas toujours vos émotions

Lorsqu’on investit, notre cerveau nous trompe, nous manipule et nous corrompt pour obtenir sa dose de dopamine. Ces biais cognitifs, forme de pensée qui dévie de la pensée logique, peuvent vous coûter très cher. Heureusement, des solutions simples vous permettent de les éviter pour mieux profiter du potentiel des bourses.


Ces dernières décennies, la finance comportementale, autrement dit l'application de la psychologie à la finance, a révolutionné la façon dont on appréhende l’économie et les marchés. Elle a mis des mots sur ce que beaucoup subissaient depuis longtemps comme « la montagne russe des émotions » quand on investit. Ces comportements de « flambeur » sont dus à une série de biais cognitifs.


La montagne russe des émotions


Il vous trompe

Le biais de confirmation influence quasiment chacune de nos décisions. Quels articles on lit, qui on accepte comme relations sur les réseaux sociaux, quels placements on privilégie… Instinctivement, notre cerveau nous pousse à ne nous intéresser qu’à ce qui confirme nos avis, nos croyances. Vous ne remettrez ainsi jamais en cause votre choix initial. Qu’il s’agisse de placer par habitude votre épargne sur un livret qui ne rapporte quasiment rien. Ou de faire aveuglément confiance à une action très risquée.

Il vous manipule

Le biais de familiarité n’est pas si inoffensif qu’il en a l’air. Il consiste à faire confiance à ce qui nous est proche, ce que l'on connaît. En bourse, beaucoup d’investisseurs ont ainsi tendance à favoriser les produits qu’ils aiment bien ou qu’ils connaissent bien (employeur, entreprises locales…). Dans un cas comme dans l’autre, votre portefeuille reflétera alors votre environnement, absolument pas la diversité de l’économie mondiale . Vous vous priverez ainsi d’une saine et objective diversification.

Il vous corrompt

Le biais cognitif le plus dangereux est l’appât du gain. Les études de Brian Knutson* de l’Université Stanford ont démontré que la perspective d’un gain important stimule la sécrétion de dopamine –l’hormone du plaisir – dans notre cerveau. Il fait ainsi abstraction des risques colossaux liés aux jeunes sociétés ou aux produits dérivés. Selon l’AMF**, le gendarme boursier français, 89 % des particuliers actifs sur les marchés de trading ont essuyé des pertes.

Les solutions

Ne pas jouer en bourse mais investir

Pour éviter ces biais cognitifs, il est indispensable de rationaliser vos placements. Investir en bourse ne consiste pas à trouver la combinaison gagnante comme au Lotto. Ni à tenter de voir dans sa boule de cristal quelles journées seront fastes. Pour profiter du potentiel des bourses, vous devez avant tout respecter 8 règles d’or parmi lesquelles la diversification et la patience.

Ne pas succomber à ses émotions

Avoir une bonne stratégie ne suffit toutefois pas. Vous devez l’appliquer sans succomber à vos peurs ou vos émotions. Vendre en cas de chute, c’est prendre le risque de rater le rebond. Ce qui menace directement votre rendement. Sur les 15 dernières années***, vous auriez triplé votre investissement en misant sur les actions américaines. En ratant les 20 meilleures séances, vous n’auriez quasiment rien gagné***.

Si vous ne disposez pas du temps et de l’expertise nécessaires, n’hésitez pas à faire confiance à des experts. Vous éviterez bien des désagréments.

* Distributed Neural Representation of Expected Value, Brian Knutson, Jonathan Taylor, Matthew Kaufman, Richard Peterson and Gary Glover, Journal of Neuroscience, 2005
* https://www.amf-france.org/Actualites/Communiques-de-presse/AMF/annee_2014?docId=workspace%3A%2F%2FSpacesStore%2F96c52a14-3900-464f-8fff-7d4700ff37e3
*** Time, not timing, is the best way to capitalize on stock market gains, Putnam Investments, 2018

Pour aller plus loin

fermer
fermer

Pour ces informations, vous allez être redirigé vers le site du groupe TreeTop

Continuer

Ce site utilise des cookies notamment pour personnaliser votre navigation et mesurer les performances du site. En fermant la présente bannière, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus sur ces cookies et leurs diverses utilisations, 

cliquez ici.